Au terme d’une compétition de 3 jours ayant mis sous les projecteurs 22 jeunes artistes, Manu Kristal arrache le Prix Découvertes Festibikutsi 2017. Digy le Bantou se contente du Prix spécial du jury, tandis que Balafon star s’est vu décerné le Prix de la meilleure expression patrimoniale. Les artistes Aloa Javis et Beti Joseph eux, ont été honorés.Fidèle à ses habitudes, le festival international des musiques bantoues (Festibikutsi) a une fois de plus honoré de nombreux artistes, avec à la clé, une dizaine d’artistes distingués. En bonne place, la chanteuse Majoie Ayi qui a remporté le Prix du public. Le Prix du spectacle revient à Taty Eyong dont la prestation. Martin Mfomo lui, décroche le Prix du meilleur promoteur culturel. Barbara Clémence, artiste en Belgique a reçu le Prix de la Diaspora et Coco Argentée remporte le Prix du Meilleur bikutsi féminin. Quant au Prix du Meilleur Bikutsi de l’année 2017, il a été décerné à l’artiste Pacha Solo.Pour donner du son et de la couleur à cette fête des musiques bantoues, plusieurs artistes se sont succédé sur la scène. Entre autres, Richard Amougou, Govinal, Lucky Plus, Nkodo Sitony, Ledoux Marcellin, etc., qui ont su impressionner le public. Les chorégraphies n’ont pas aussi laissé indifférents les nombreux téléspectateurs à l’instar de Grégoire Owona, ministre du travail et de la Sécurité sociale qui n’a pas hésité à esquisser quelques pas de danse devant un public visiblement conquis.Placée sous le thème: « Musique et tolérance », la semaine de célébration des musiques,  cette 19e édition du Festibikutsi, était l’occasion pour le comité d’organisation  de mettre en avant la diversité ethnique et les sonorités traditionnelles du terroir.Jeanne Ngo Nlend (Stagiaire) Lauréats Festibikutsi 2017 :Meilleur Bikutsi de l’année 2017 : Pacha SoloMeilleur bikutsi feminin : Coco ArgentéeMeilleure expression patrimoniale : Balafon starPrix spécial du jury : Digy le BantouPrix Découvertes : Manu KristalPrix du public : Majoie AyiPrix du spectacle : Taty EyongMeilleur promoteur culturel : Martin MfomoPrix de la Diaspora : Barbara Clémence