Un communiqué de presse signé par Ndedi Eyango, artiste-musicien et président du comité d’organisation de cette assemblée générale indique qu’il va s’agir au cours des travaux qui se tiendront samedi, d’adopter des textes fondamentaux de la Sonacam (Société Nationale Camerounaise de l'Art Musical), de mettre sur pied la liste des membres du conseil d’administration et de recruter un commissaire aux comptes.Alors que la faction de fusion Cmc-Socam de son côté appelle au boycott de ladite assemblée, le Minac tient à rappeler que :- Aucune loi n'interdit qu'un étranger tienne une réunion dans notre pays. Toute chose qui lève cet amalgame. Il n'est donc pas interdit qu'un artiste fut-il étranger en soit concerné au regard de la loi. - Ndedi eyango est un titulaire de droit régulièrement inscrit sur le fichier national des titulaires des droits. En outre, il a été désigné par ses pairs (artistes), président de la commission chargée de l’organisation de l’assemblée générale constitutive d'un organisme de gestion collective du droit d’auteur de l'art musical. Il ne lui est donc pas interdit d'être membre de société.- Ndedi Eyango n'est pas candidat au poste de Président du Conseil d’Administration. Par ailleurs, les autorités sont mieux placées pour l’application des textes.En effet, la délivrance du récépissé de déclaration de manifestation au nom du président du comité d’organisation de ladite assemblée générale n’a pas été accueilli favorablement par tous les artistes. On se rappelle qu’en 2013 alors qu’il était élu au poste de Pca de la Socam, Ndedi Eyango n’a pas pu exercer son mandat à cause de sa double nationalité.Jeanne Ngo Nlend (Stagiaire)