Devoir accompli pour certains, injustice pour d’autres, c’est au bout de sept heures de temps que Elise Mballa Meka, chorégraphe, a été réélue à la tête du conseil d’administration de l’organisme de gestion du droit d’auteurs de la Société civile des droits de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra).  Elle a été réélue avec 17 voix contre 9 pour son principal challenger, Richard Keuko. Ce dernier était à la tête de liste de la « nouvelle Sociladra », mouvement créé il y a quelques années et dont la mission était de redresser cette société de gestion.La PCA aura à ses côtés quatre vice-présidents : Buma Kor, André Bang, Elandji Ngono et  Daouda Mbouombouo. Puis, 27 membres de la liste consensuelle dont 11 écrivains, 10 metteurs en scène, 4 chorégraphes et 2 éditeurs. Tous ces membres sont élus pour un mandat de 5 ans renouvelable une fois.  Elise Mballa Meka  pense qu’en matière de droit d’auteurs au Cameroun, la Sociladra est la seule société qui est quand debout. Elle explique que les chantiers sont nombreux mais le premier consistera à aider l’Etat à finaliser le processus d’assainissement de l’art musical. Cette élection a eu lieu dans la salle des conférences de la CNPS à Yaoundé en présence de nombreux auteurs, chorégraphes, metteurs en scène et comédiens. A la Société civile du droit d’auteurs des arts plastiques et des arts graphiques, (Socadap), Emmanuel Etolo Eya’a a renversé Théodore Ondigui Onana.  Le nouveau président du conseil d’administration, par ailleurs président de la plateforme de la catégorie D, Emmanuel Etolo Eya’a remplace Théodore Ondigui Onana qui avait passé 14 ans à la tête de la Socadap.  C’est dans une ambiance tendue que Emmanuel Etolo Eya’a a été porté à la tête de la Socadap par ses pairs après deux tours d’élections.Eliane Marcelle Matsingoum