La conférence internationale sur la paix et l’Islam, ouverte ce mardi 8 mai 2018 à Yaoundé, donne l’occasion aux imams de réaffirmer leur attachement à un Cameroun uni dans la diversité.Les assises de Yaoundé, mobilisent le Conseil des imams et dignitaires musulmans du Cameroun (Cidimuc). Occasion de célébrer son existence, mais surtout de promouvoir les valeurs prônées par l’islam. Entres autres, la paix, l’unité et l’amour du prochain. En effet, l’un des orateurs du jour, le Dr Moustapha Ahmad Ali, venu du Soudan, a entretenu l’assistance sur certaines questions.Par exemple, l’Islam, est-ce un facteur de violence ? Remontant les origines des mots Islam et Salam qui signifient la paix, il a exhorté les fidèles et autres profanes à relire le Coran et à comprendre les recommandations du prophète. Pour lui, cela permet de repousser les tentacules de l’extrémisme.Cette conférence internationale des imams a aussi donné lieu à des propositions concrètes face à l’enrôlement des jeunes dans le terrorisme. Ainsi, la représentante du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) a-t-elle relevé l’urgence d’investir dans la jeunesse. Barbara Sow appelle à mettre l’accent sur la bonne gouvernance, à intensifier la création d’emplois. Car cette couche sociale constitue en général une cible plus ou moins naïve pour les terroristes.Autres sujets en débat pendant ces trois jours, le rôle de l’imam dans la société, l’islam ou encore la sécurité. Les travaux présidés par le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, va déboucher sur des résolutions.Source photo: cameroon-tribune.cmDieudonné Zra