Un atelier vient de s’ouvrir à Yaoundé, avec les quatre grands opérateurs de communications électroniques officiant sur le territoire national. Des responsables de Camtel Nexttel, Orange Cameroun et Mtn Cameroon, réunis ce lundi à huis clos à Yaoundé. Avec, pour coordonnateur, le ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel) et à ses côtés, l’Agence de Régulation des Télécommunications (Art). Mais aussi l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (Antic). Au centre de leurs discussions, la qualité du service des communications électroniques. C’est que, les plaintes du public sont grandissantes. D’où une instruction du Président de la République, de la conduite d’un audit de la qualité des services offerts par les opérateurs sus cités.Parmi les objectifs spécifiques de cet audit, d’abord apprécier et évaluer le plan dressé par chaque opérateur pour mettre en œuvre les recommandations issues de l’audit de son réseau. Ensuite, juger le niveau de mise en œuvre par chaque opérateur, des recommandations issues de certains éléments. Précisément, le réseau radio Cdma, 2G, 3G, 4G ; le réseau de domaine circuit et du domaine paquet ; réseau de transmission ; réseau de sécurité. Et enfin, d’apprécier et consolider le plan de contrôle et de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’audit de la qualité de service de chaque opérateur.Chaque opérateur de communications électroniques a un certain nombre de recommandations prescrites dont il doit présenter le niveau de mise en œuvre. Camtel, 149. Mtn Cameroon, 207. Orange Cameroun, 162. Et Nexttel, 188. Ici, chaque opérateur présente les actions menées, les difficultés rencontrées et les solutions préconisées. L’Art intervient également dans cette partie. Ceci, pour présenter le plan de contrôle et de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’audit. Pour ce qui est de l’Antic, elle a pour rôle de faire le point sur les aspects liés à la sécurité des réseaux de communications électroniques. Principalement en ce qui concerne les failles observées sur les réseaux déployés, en termes de qualité de service.En rappel, cet audit de pré-évaluation intervient six mois après la restitution des résultats d’un premier audit. Réalisé par le cabinet Cybercom Group, il comptait 706 recommandations. Dont 319 pour les situations critiques, 269 pour les situations acceptables, et 118 favorables aux bonnes favorables.Vanessa Onana