La 3e édition du salon avicole international, inaugurée ce 3 mai par le ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales, permet à la jeunesse d’explorer les pistes d’emploi ou d’auto-emploi jusqu’au 15 mai 2018 au Palais des congrès de Yaoundé.« Aviculture, jeunesse et emploi.» Tel est le thème de cette 3e édition du salon avicole international de Yaoundé. Il s’agit d’une plateforme qui permet aux jeunes d’échanger avec les acteurs du monde agropastoral afin de saisir des opportunités. En effet, les exposants venus des dix régions du Cameroun et de l’étranger, proposent des expertises dans les domaines de l’élevage et de l’agriculture.Par exemple l’élevage des poulets, des porcs, des bœufs et des poissons. Grâce à une documentation détaillée, les curieux ont la possibilité de s’imprégner des équipements d’élevage ou des dispositifs à mettre en place.C’est le cas des Centres d’Innovations vertes pour le Secteur Agro-alimentaire (Procisa) qui promeut l’aviculture moderne et villageoise. Ainsi, le projet entend mettre à disposition des producteurs, des outils innovants susceptibles de booster la production agropastorale. Fruit de la coopération allemande, l’initiative mise sur 10 mille exploitations dont 30% de femmes, 20% de jeunes. Parmi les régions concernées : l’Ouest, le Nord-Ouest et l’Adamaoua.Selon le ministre de l’élevage, le salon avicole de Yaoundé se veut également un cadre de promotion de la production locale. Pour Dr. Taïga, l’aviculture est une activité dont le retour sur investissement s’opère rapidement. Comme « le chef de l’État a dit à la jeunesse d’oser, nous leur donnons l’occasion d’oser » a-t-il relevé. Dans ce sens, le gouvernement a mis sur pied, une structure de financement, à savoir le Projet de développement de l’élevage (Prodel).Dieudonné Zra