Après avoir vidé le contentieux post-électoral ce mardi 3 avril, le Conseil constitutionnel, procède à la proclamation officielle des résultats des élections sénatoriales du 25 mars dernier, ce 5 avril.La proclamation des résultats constitue un moment très attendu par les neuf partis politiques en lice. Parmi eux, le Rdpc et l’Undp, à la conquête des sièges dans les dix régions du Cameroun. D’autres partis comme le Sdf, l’Andp, l’Upc ou l’Udc, misent sur leur fief pour tenter de venir à bout des adversaires. À quelques heures de cette ultime étape des Sénatoriales 2018, l’impatience et l’angoisse montent au sein des différentes formations politiques.Le Code électoral en son article 214, précise que dix sénateur représentent chaque région au Sénat. Sept sont élus au suffrage universel indirect. Et trois, nommés par décret du président de la République. La même disposition ajoute que la durée du mandat des sénateurs est de cinq ans. De même,  les sénateurs élus sont rééligibles et le mandat des sénateurs nommés renouvelable.Ensuite, l’article 215 souligne que le mandat des sénateurs commence le jour de l’ouverture de la session ordinaire qui suit le scrutin. Date à laquelle expire aussi le mandat des sénateurs antérieurement en fonction. De plus, le Sénat se renouvelle intégralement tous les cinq ans.Dès la proclamation des résultats, le Conseil constitutionnel dresse le procès-verbal des élections en quadruple exemplaire. Il conserve l’original. Et les trois autres exemplaires transmis au Sénat, au ministère chargé des collectivités territoriales décentralisées et au Conseil électoral. Enfin, les résultats de l’élection sont publiés suivant la procédure d’urgence, puis insérés au journal officiel en français et en anglais.Dieudonné Zra