Les sénateurs ont interrogé certains membres du gouvernement ce mercredi 28 mars sur des préoccupations qui engagent  le développement du Cameroun.Les questions orales de ce mercredi s’adressaient principalement à quatre membres du gouvernement. Il s’agit respectivement du ministre des Arts et de la culture, du ministre de l’Économie, celui des Finances et des Enseignements secondaires. Dans sa prise de parole, le sénateur Mutute Daniel Yonga, a interrogé le Pr. Narcisse Mouelle Kombi sur ce qui est fait pour la préservation et la sécurisation des archives nationales. En effet, le sénateur insiste sur le caractère déplorable des locaux abritant les archives nationales au Cameroun.En réponses, le ministre des Arts et de la culture, le Pr. Narcisse Mouellé Kombi souligne que le gouvernement a entrepris un plan intégré de sauvetage des archives. Ce dernier consiste en la réhabilitation des bâtiments, la sécurisation et la numérisation de toutes les archives. Le ministre confesse que « la préservation des archives nationales, relève des problèmes structurels, l’insuffisance des personnels, les problèmes financiers pour rénover des locaux qui datent des années 1930 et 1967.Le ministère des Arts et de la culture entend mettre l’accent sur le plan de sauvetage intégré des archives nationales, leur numérisation et leur sécurisation. Dans cette optique, le gouvernement a validé la mise à disposition de trois milliards de Fca. Des fonds déjà disponibles, reste à peaufiner les procédures de leur décaissement.La 2e question posée par le sénateur Pierre Flambeau Ngayap s’adressait au ministre des Finances. Ce sénateur de l’Undp voulait avoir une idée précise du bilan des quatre premiers emprunts obligataires.  En plus, la soutenabilité du niveau d’endettement du Cameroun. Concernant cette préoccupation, Louis Paul Moutaze rétorque que de nombreux projets de développement ont été réalisés.Par exemple, plus de 5 milliards pour les infrastructures, 71 milliards pour les transports. 23 milliards pour les industries et les services. De plus, 300 mille m3 d’eau supplémentaires pour Yaoundé et Douala, 5 milliards pour les télécommunications. Et plus de 200 m de routes bitumées dans les dix régions. Quant à l’endettement, le ministre des Finances estime qu’à 30% seulement, « la situation du Cameroun n’est pas la plus difficile dans la sous-région. »Dans cette séance de questions orales aux membres du gouvernement, Pierre Flambeau Ngayap a aussi interrogé le ministre des enseignements secondaires. En tête des préoccupations, les mesures prises pour relever le faible taux de réussite  lors de l’année scolaire écoulée. Reconnaissant la pertinence de ce questionnement, Pauline Nalova Lyonga annonce des tests de niveau. Mais aussi  des prolongations des délais de dépôt de dossiers aux examens officiels 2018. Objectifs : permettre aux apprenants de se rattraper, tout en corrigeant leurs lacunes.Dieudonné Zra