Jeanne Liliane Mani Mendouga a reçu le 18 janvier 2018 au conservatoire de Lille, Le Grand Prix littéraire Alain Decaux, qui récompense les écrivains francophones en herbe.La cérémonie de remise des prix a eu lieu le 18 janvier dernier au Conservatoire de Lille, en France. C’est Michel Quint, écrivain français et parrain de la 5ème édition de ce grand concours qui a remis à Jeanne Liliane Mani Mendouga son prix.La nouvelle de cette jeune enseignante de grammaire Latine à Yaoundé, a su conquérir les 102 membres du jury qui étaient chargés d’examiner les 752 textes en compétition cette année. Elle remporte ainsi le Grand prix intitulée « Lettres ».Au total, 13 candidats venant des quatre coins du monde, ont été primés. Jeanne Liliane Mendouga, la seule nominée du continent africain, a aussi eu le Grand Prix, se distinguant ainsi comme la meilleure parmi les meilleurs.La nouvelle de Jeanne Liliane Mani comptait deux lettres . La première est un mot de rupture d’une femme à mari. Elle y explique qu’elle le quitte car elle ne supporte plus la supercherie de ce mariage arrangé par les parents sans son accord.Le Premier Ministre Philemon Yang représente depuis hier @PR_Paul_Biya au sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine à Addis Abeba en Éthiopie. Le sommet a été marqué par l’arrivée du président rwandais Paul Kagame à la présidence tournante de l’organisation.— CRTVweb (@CRTV_web) January 29, 2018 Dans la seconde lettre, le mari abandonné répond à son épouse. Il lui avoue n’avoir pas été consulté pour cette union. Il la supplie par ailleurs à ne pas prendre cette décision radicale.Les « Lettres » de Jeanne Liliane Mani Mendouga et les autres textes primés à cette sixième édition du concours littéraire Alain Decaux, sont rassemblés dans un ouvrage qui sera édité par la Fondation de Lille.Le Grand Prix littéraire Alain Décaux, un concours de belles lettres qui récompense les écrivains francophones en herbe, sélectionnés sur les cinq continents, y compris l’Asie.Jeanne Ngo Nlend